Jeudi 28 septembre 2017 : Conférence « Intégrer le marketing à la médiation culturelle : un nouveau modèle d’archivistique moderne » par Martine Cardin

Conférence organisée dans le cadre de la séance

DE LA MEDIATION A LA NEGOCIATION

Président de séance : Julien OLEZYC, Directeur adjoint des Archives municipales d’Amiens (80).

Présentation des contributeurs :

Martine Cardin est professeure titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval, où elle enseigne depuis 1988 et assure la direction des programmes d’archivistique. Parmi ses recherches, mentionnons un projet de mise en valeur d’archives orales numériques sur la Ville de Québec. Elle a été également co-chercheuse du groupe InterPARES2 et a dirigé son équipe sur la production et la maintenance des documents d’archives. Depuis quelques années, elle s’intéresse aux modalités d’exploitation documentaire à l’ère numérique et à leurs impacts sur la gouvernance des systèmes d’archives. C’est dans cette optique qu’elle s’intéresse actuellement à la valorisation et à la conservation des archives québécoises de la publicité.

Christian Desîlets est professeur agrégé au Département d’information et de communication de l’Université Laval où, depuis 2006, il enseigne la publicité sociale. Spécialiste de la mise en marché des causes sociales, ses recherches se situent à l’intersection de la sociologie de l’action publique et de la communication marketing. Elles portent notamment sur la manière dont les promoteurs de causes sociales représentent au public les problèmes sociaux et publics dont ils s’occupent, et sur les stratégies de réception par lesquelles leurs différents publics traitent les messages qui cherchent à les influencer. Auparavant, il a travaillé dans les secteurs public et privé, et notamment au sein de Cossette communication-marketing dont il a été le vice-président
directeur général du bureau de Québec.

À l’heure actuelle, les archives dorment dans des dépôts où elles sont largement sous-exploitées. Le paradoxe est que l’on dépense des sommes colossales dans leur conservation à long terme sans pour autant consentir des investissements conséquents dans leur valorisation. De fait, bien que la valeur d’existence des archives ne soit plus à démontrer, leur valeur économique n’est pas évidente à saisir. Les producteurs et la société en général se privent d’une ressource extrêmement riche pour supporter leur gouvernance, favoriser le développement et la circulation de leurs connaissances ou participer à la construction des représentations fondatrices de leur identité culturelle. D’un point de vue durable, le problème est qu’on arrive difficilement à recycler et réinsérer les archives dans les structures d’activités de la société. La difficulté semble tenir plus à une mauvaise mise en marché des documents auprès des clientèles d’usagers qu’à la reconnaissance de leurs valeurs. Traditionnellement la tendance a été de s’attacher à valoriser les archives pour elles-mêmes sans se soucier de leurs usages. Or, le modèle marketing inverse cette perspective et invite à penser la mise en valeur des archives en fonction des besoins qu’elles peuvent satisfaire. Cette communication présente les grandes lignes du projet MÉDIAS actuellement conduit à
l’Université Laval sous la direction des professeurs Martine Cardin et Christian Desîlets.
MÉDIAS est un projet de médiation culturelle dédié au développement des principes de
l’archivistique participative en prenant pour objet d’expérimentation les archives de la publicité. MÉDIAS assoit à une même table des chercheurs, des étudiants, des institutions gardiennes d’archives et leurs usagers ainsi que des représentants de l’industrie du monde publicitaire et des TI. Ensemble, ils développent des stratégies de valorisation orientées usagers plutôt que document. Ils mettent l’emphase sur l’insertion des archives dans les schèmes de pratiques de leurs utilisateurs plutôt que sur la description des documents. Ils s’intéressent aux modalités par lesquelles il est possible d’associer les chercheurs à la valorisation de leur sources tout en balisant leurs droits et pratiques d’accès. MÉDIAS entend ainsi concevoir les cadres théoriques et pratiques d’une archivistique participative apte à intégrer l’input de l’usager à toute la chaine de
production de valeur (contextes de production/exploitation) des documents.

Jeudi 28 septembre 2017 : Conférence  » L’identification de ressources pour une meilleure compréhension des événements chez les jeunes » par Raymond Ruot

Conférence organisée dans le cadre de la séance

VERS DE NOUVEAUX DEFIS

Président de séance : Marie Viard, Responsable du service Archives du Centre de gestion de la Saône-et-Loire (71).

Présentation :

Raymond Ruot, chargé du service éducatif des Archives de Marseille (13) : Ayant fait des études de droit et occupé plusieurs emplois dans le privé, Raymond Ruot intègre les Archives de Marseille en février 2001. Ayant occupé différents postes administratifs au sein du service, il prend en charge le service éducatif en 2006. Tout en
accomplissant sa mission première et avec l’accord de sa direction, il développe dès lors diverses expériences auprès de publics dits « empêchés » et tout en élaborant différentes méthodes d’accès au savoir.

« L’identification de ressources pour une meilleure compréhension des événements chez les jeunes. »

Le service éducatif des Archives de Marseille a pour vocation de travailler avec les enfants dans le but de les sensibiliser à la richesse de leur patrimoine. En lien avec le rectorat, il assure une offre historique et culturelle aux enseignants et à leurs élèves. Les Archives de Marseille prennent également en compte dans la valorisation culturelle et éducative de leurs fonds, la nécessité de se rapprocher des populations marginalisées. Au service du lien social, le service éducatif œuvre dans ce sens sans faire concurrence aux autres domaines d’intervention mais au contraire en offrant un complément historique et culturel aux questions de réinsertion, de solidarité entre les groupes sociaux ou les générations. Les archives publiques sont liées par nature à l’exercice de la citoyenneté. C’est la raison pour laquelle le service éducatif des Archives municipales s’attache depuis plusieurs années à étendre ses interventions vers différents publics. Par ces expériences, nous avons constaté le besoin qu’ont les individus d’une approche de la citoyenneté qui les ramène à la réalité de leur vécu, ainsi qu’à la difficulté de la relation aux autres. Les archives, par l’Histoire qu’elles véhiculent, celle du quotidien des Marseillais à différentes époques, sont un outil efficace d’intégration qui permet de comprendre le destin commun de toute une population. Les événements du passé font écho à ceux d’un présent parfois difficile à vivre pour certains individus, mais ils expliquent que l’esprit d’initiative et de responsabilité ont bousculé bien des parcours de vie.

 Depuis 2011, des stages de composition pénale ont lieu aux Archives à destination de jeunes délinquants sous main de justice. Le succès de cette opération repose sur une dynamique croisée culture -éducation-social et justice autour des questions concernant la délinquance.

 Après avoir dressé le bilan de différentes action menées envers ce public, il sera question dans la seconde partie de cette intervention de relever les nouveaux défis de la médiation en Archives notamment en  explorant en ce qui concerne les questions de ruptures de liens, de décrochages et de radicalisations des jeunes.

Mardi 26 septembre 2017 : Table ronde « Regards de médiatrice sur l’archiviste »

Table ronde organisée dans le cadre de la séance

L’ARCHIVISTE, CE MEDIATEUR QUI S’IGNORE

Modérateur : Elodie Belkorchia, chargée des pôles conservation et valorisation patrimoniales, gestion et communication des fonds iconographiques, audiovisuelles et numériques, Archives municipales d’Aubervilliers (93)

Médiateur / archiviste : un choc de cultures professionnelles ?

Au Rize de Villeurbanne comme aux archives municipales de Saint-Étienne, les actions de médiation sont coordonnées et animées par des médiateurs non-archivistes, travaillant au sein d’un pôle d’activité dédié. Leur formation, leurs missions, leurs préoccupations sont bien différentes de celles de leurs collègues : entre professionnels chargés des « 4C » ou de la valorisation, on ne parle pas toujours la même langue dans les services d’archives ! Mais doit-on pour autant renvoyer chacun à sa spécialité ? Ce croisement des approches est plutôt à envisager comme une manière d’enrichir les projets culturels et de médiation, de leur donner une autre dimension. Existe-t-il une « recette » pour un « projet idéal », dans lequel médiateur et archiviste trouvent chacun leur juste place ?

Regards de deux médiatrices sur leur travail en archives : Géraldine Zamant, chargée de la médiation au Rize et membre du conseil d’administration de Médiation culturelle association, et Céline Soutif, responsable des actions culturelles et éducatives aux archives de Saint-Étienne.

Jeudi 28 septembre 2017 : « L’archiviste médiateur de la donnée ? » par Julien Benedetti et Maud Jouve.

Conférence organisée dans le cadre de la séance

VERS DE NOUVEAUX DEFIS

Président de séance : Marie Viard, Responsable du service Archives au Centre de gestion de la Saône-et-Loire (71).

Julien Benedetti est archiviste aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône. Son périmètre d’action s’étend du suivi des données numériques produites par son service (numérisation patrimoniale, SIA) aux projets de numérisation et d’archivage électronique du Conseil départemental.

Ses premières années d’archiviste ont été principalement orientées vers la collecte et l’accompagnement des services. Sa curiosité l’a poussé ensuite à s’ouvrir à la sphère plus large de la gestion de l’information et de la donnée. L’évolution vers le numérique constitue de son point de vue une magnifique opportunité de réviser nos pratiques archivistiques et notre rapport aux publics.

Titulaire d’un master 2 en archivistique, Maud Jouve a souhaité s’orienter dans la gestion d’archives contemporaines au sein du réseau des archives publiques. Ayant développé un vif intérêt pour les enjeux de la production documentaire mixte papier/numérique et pour les problématiques liées à l’archivage électronique, elle est actuellement en poste aux Archives municipales de Marseille comme chargée du suivi des projets de dématérialisation et d’archivage électronique.

La sensibilisation des décideurs, des collaborateurs et des services producteurs à la nécessité d’une « culture de la donnée » est l’un des axes de réflexion qui lui tiennent désormais à cœur.

 

Résumé de l’intervention et problématique soulevée

Dans un premier temps principalement portée sur les enjeux et les modalités de la collecte et de la pérennisation des données numériques, la réflexion de la profession s’oriente désormais sur la problématique de la communication et de la valorisation des données. Se pose donc la question de leur médiation auprès de différents publics.

Les archivistes sont-ils légitimes et compétents comme médiateurs de la donnée ?

Tout d’abord nous montrerons que les archivistes ne semblent pas aujourd’hui identifiés comme médiateurs de la donnée. Nous poursuivrons en tentant de démontrer pourquoi et comment l’archiviste doit se saisir de ce rôle malgré des obstacles réels, tout en déconstruisant des blocages fantasmés par la profession. Enfin, nous proposerons un certain nombre d’exemples de modes de médiation de la donnée pouvant s’inscrire dans les activités des archivistes.

Les suivre sur Twitter : @maud_stark & @macgraveur

Mercredi 27 septembre 2017 : Conférence « Repenser la salle de lecture » par Jean-Yves de Lépinay

Conférence organisée dans le cadre de la séance

ACCOMPAGNER, SENSIBILISER, ACCUEILLIR

Président de séance : Anne-Sophie HONNET, Responsable service Archives de la Communauté d’agglomération Paris-Vallée de la Marne, des archives municipales de Pontault-Combault et de Roissie-en-Brie (77).

Jean-Yves de Lépinay est enseignant, documentaliste et programmateur indépendant. Après des études de sciences économiques et un diplôme de documentaliste à l’INTD (Cnam), il s’est spécialisé dans l’audiovisuel et le cinéma. Il a été près de vingt ans Directeur des programmes au Forum des images, dont il a coordonné la programmation des salles de projection , la constitution et la valorisation des collections. Il est aussi président de l’association P.I.A.F.(www.piafimages.org), qui regroupe responsables de fonds audiovisuels et documentalistes, et de l’association Images en bibliothèques (www.imagesenbibliotheques.fr), qui oeuvre pour la mise en valeur des collections cinématographiques et audiovisuelles dans les bibliothèques publiques. Il a publié de nombreux articles sur la documentation audiovisuelle et sur le cinéma, dans diverses revues et ouvrages collectifs.

Salles de lecture, espaces de consultation : quels espaces de médiation ?

Le temps est, dit-on, à la « désintermédiation ».Ce terme, à l’origine employé dans le secteur bancaire et dans le monde du marketing, apparaît aujourd’hui dans nos univers pour rendre compte de la façon dont les usagers peuvent aujourd’hui de plus en plus accéder aux informations – et également aux archives elles-mêmes – en évitant les intermédiaires. La dématérialisation ouvre cette voie comme elle l’a ouverte dans d’autres secteurs, bousculant les professions de médiateurs – que ce soit les employés de banque, les commerçants, les journalistes ou même les enseignants.

Ce que l’on appelle « Open Data », facilitant éventuellement les accès directs, est aussi l’occasion d’une possible « ré-intermédiation » par un secteur commercial qui va se saisir des données ouvertes pour les revendre, traitées et mises en forme. Rien n’interdit d’imaginer pour demain un « Über » de la documentation et des archives.

Si les documents, les œuvres, sont dématérialisées, et accessibles directement sur les réseaux à travers des outils de recherche et des systèmes de visualisation de données performants, à quoi servent nos espaces de consultation, nos salles de lecture de bibliothèques ? Ont-elles encore une fonction nécessaire, au-delà de pouvoir accueillir, bien au chaud, des usagers du réseau qui utilisent l’accès WiFi et les prises électriques pour recharger leurs smartphones ?

Ces évolutions, qui touchent tous les secteurs d’activité, sont particulièrement avancées dans le domaine de l’audiovisuel. Ainsi, la salle des collections du Forum des images, à Paris, qui fut sans doute la première au monde, à la fin des années 80 à proposer à tous les publics la consultation sur place d’une collection d’archives audiovisuelles, est en voie de fermeture définitive.

Cette situation est-elle inévitable ? Peut-on imaginer des espaces de médiation nouveaux, autour d’autres fonctions que le seul accès individuel à des documents physiques, et articulés avec les services en ligne ?

Jeudi 28 Septembre 2017 – Présentation de la table ronde : « Entre communication et valorisation, usages des réseaux sociaux »

Table ronde organisée dans la cadre de la séance

NUMÉRIQUE : LE CHAMP DES POSSIBLES

Modérateur : Gaëlle OUVRARD, Responsable des archives municipales de Saint-Nazaire (44).

Présentation des contributeurs :

Catherine BERNARD est directrice adjointe aux Archives municipales de Toulouse et trésorière de l’AAF depuis 2016 :

« L »archiviste, communiquant numérique : un état d’esprit à cultiver »

« Archiviste en 2017 ? C’est être un communiquant, et un communiquant numérique. Tous webmestres, gestionnaires de communauté, administrateurs de données pour publier et partager l’information ? Dans un monde hyper connecté, ce qui n’est pas digital n’existe pas ? L’archiviste aujourd’hui est un chef de projet qui, pour répondre aux besoins des utilisateurs, toujours plus exigeants, s’appuie sur une stratégie de communication, rédige des contenus percutants et construit des programmes numériques. »

Sonia DOLLINGER, Directrice du patrimoine culturel de la ville de Beaune :

Sonia Dollinger est Directrice du Patrimoine culturel de la ville de Beaune depuis 2008 et directrice des Archives municipales depuis 2001. Elle est titulaire d’un DEA d’histoire contemporaine et d’un DESS Histoire et métiers des Archives obtenu à l’Université d’Angers. La sauvegarde et la valorisation des archives auprès des publics les plus variés sont ses deux combats principaux, c’est pourquoi elle est très présente sur les médias sociaux (blog Archives et culture pop’). En tant que directrice du Patrimoine culturel et des archives, elle a mis en place les réseaux sociaux dans ses services. Les Archives de Beaune sont dotées de facebook, twitter, instagram, flickr, youtube et d’un blog sur wordpress. Le service participe activement à la museumweek.

« L’image des services patrimoniaux et notamment des archives est encore attachée à des clichés passéistes (poussière, immobilisme). Forts de ce constat, certains services ont pris le problème à bras le corps en investissant les réseaux sociaux, excellents vecteurs de médiations et offrant une visibilité auprès de publics très diversifiés. Intégrer l’utilisation des réseaux sociaux au fonctionnement du service et à sa démarche de valorisation demande une attention de tous les instants. Il faut intégrer l’utilisation des réseaux dans son quotidien afin de valoriser chaque tâche archivistique. Cette démarche demande au préalable une étude des publics touchés et des bilans réguliers. On s’aperçoit, en effet, que chaque réseau social touche des publics différents et complémentaires. Cette valorisation virtuelle apporte de nombreux avantages en termes d’image du service (dynamisme, accessibilité à tous publics, ouverture, ancrage dans son époque…) qui permet aux publics de s’approprier les archives comme faisant partie de leur histoire mais aussi de leur vie quotidienne. A côté de cela, des initiatives privées (solitaires puis collectives) comme la création du blog Archives et culture pop’ permettent de montrer combien les références aux archives sont nombreuses dans tous les domaines de la culture populaire (séries, jeux vidéos, thrillers, bande dessinée) et de démontrer que rien n’est plus moderne que les archives. »

Mercredi 27 septembre 2017 – Présentation de la table ronde : « Pratiques ludiques et participatives »

Table ronde organisée dans le cadre de la séance 

ACCOMPAGNER, SENSIBILISER, ACCUEILLIR

Modérateur : Laëtitia DAOUDI, Responsable service des Archives, Métropole Rouen Normandie

Présentation des contributeurs :

Tatiana COTTE, médiatrice culturelle au service Patrimoine de la Ville de Creil (60) : « Après un Bac Littéraire et une formation en arts plastiques option vidéo, des expériences d’animation ou de travail à l’étranger (Belgique, Espagne, Argentine), j’exerce aujourd’hui en tant que médiatrice culturelle au sein du service Patrimoine de la Ville de Creil (Oise). Pour cette table ronde, je prévois de parler de l’expérience menée en 2016 pour le dispositif « Passeurs d’images » à partir des archives municipales. Passeurs d’images est un dispositif national d’éducation soutenu par le CNC et relayé en région Hauts-de-France par l’ACAP-Pôle Images Picardie. Dans ce cadre, les archives municipales de Creil ont mis en place une série d’actions et d’atelier dans le but de créer une court-métrage sur la ville à partir d’images d’archives et de prises de vue actuelles. Le dispositif s’adresse à un public âgé de 12 à 25 ans, éloigné des pratiques culturelles, et se déroule en dehors des temps scolaires. Pour la constitution d’un groupe homogène, 4 ateliers préparatoires ont été mis en place au mois de septembre 2016, sur la manipulation d’images en direct, la recherche aux archives ou encore l’utilisation d’archives dans les courts-métrages.  L’expérience a été très enrichissante, tant pour les agents des archives que pour l’intervenant vidéaste et les jeunes participants. Le groupe était constitué d’une dizaine de jeunes, de milieux et d’âges différents, mais avec une cohésion et un soutien surprenants. La découverte de la recherche des archives et la confrontation d’éléments anciens avec des images et documents actuels a été percutant pour les jeunes : ils ont pu comprendre les mécanismes de la recherche, s’approprier des éléments historiques de la ville qu’ils connaissent en général depuis la naissance tout en s’exprimant sur leur ressenti ou sur les lieux importants aujourd’hui pour eux. »

Hugues COURANT, Archiviste, Archives de Brest Métropole et Ville (29) : « Titulaire du DESS métiers des archives de l’Université d’Angers et archiviste à Brest Métropole. L’équipe des Archives de Brest a élaboré plusieurs jeux et animations depuis 2009 (jeu de photos avant-après pour l’accueil des nouveaux-arrivants dans la collectivité ; jeux de l’Oie, puzzles, jeu des 7 familles dans le cadre des animations d’été de la collectivité sur la plage du Moulin-Blanc – Vendredis du Sport – et dans le cadre d’animations lors des JEDP, fête de quartier (Rives de Penfeld), Festival Mômes en Fête…

Face à un public de plus en plus large, les archives de Brest ont, comme nombre de services, diversifié leurs pratiques de médiation. Parmi celles-ci, les jeux sont rapidement apparus très intéressants. Ce mode de présentation des archives répond certes à la vocation pédagogique, ou au moins éducative, de nos services, mais c’est aussi une autre approche des documents, une autre image des archives qui est offerte au(x) public(s). Jeux de l’oie, puzzles, jeux d’adresse, maquettes, l’imaginaire des archivistes une fois mis en œuvre est déclinable, sinon à l’infini, du moins dans une gamme fort étendue. Comment  s’adapter à toutes tranches d’âge, tous publics (internes comme externes), tous moyens (financiers et humains) et  intégrer tous types de documents… ou presque ? Comment renouveler une classique exposition ou un fort ordinaire diaporama avec le (pourtant classique) jeu des différences/points communs ou de l’avant/après ? Les archives de Brest ont testé quelques lieux et quelques publics sur une multitude de possibles. »

Suivre l’actualité des archives de Brest Métropole et Ville : @Archives_Brest

Amandine DELACOURT, Médiatrice du patrimoine aux Archives municipales de Calais (62) : « Agent depuis juillet 2013 aux Archives municipales de Calais. Arrivée avec un contrat d’emploi d’avenir, je suis nommée officiellement sur un poste de médiatrice du patrimoine depuis le 1er janvier 2017. Pas de formation en archives, des études en Histoire et une expérience précédente en médiathèque jeunesse. J’ai acquis mes compétences en médiation « sur le terrain » et grâce aux formations professionnelles. C’est lors d’une de ses formations que j’ai rencontré Elodie BELKORCHIA qui m’a proposé de participer au colloque. Depuis mon arrivée aux AM de Calais, nous essayons de proposer des ateliers/outils originaux et ludiques, se détachant de ce qui peut être proposé à l’école. C’est dans cette optique que nous avons lancé entre 2014 et 2016, un grand projet autour des commémorations du Centenaire. Il en résulte un jeu de l’oie créé entièrement par les AM de Calais « La Grande Guerre se joue à Calais » et un concours où les élèves ont dû rédiger le journal intime d’un petit Calaisien à l’époque du conflit. 

L’utilisation du jeu de l’oie permettait alors aux élèves d’intégrer plus facilement les événements qui se sont déroulés à cette époque pour ensuite réinvestir leurs savoirs dans un projet plus concret : la rédaction d’un journal. L’idée est d’utiliser les documents d’archives autrement. L’utilisation du jeu amène l’élève à voir la séance aux archives d’un œil plus positif, le jeu étant associé au plaisir. Il est alors plus facile de capter leur attention. Le fait de les faire jouer en équipe les pousse également à vouloir bien faire pour arriver à la victoire et à les faire collaborer entre eux. L’enfant est vraiment acteur de l’atelier. De cette façon, il intègre mieux les notions que le médiateur a voulu développer durant la séance. »

Le programme complet de #AAFPau17

Affiche Colloque Pau2017

Afin de convaincre les derniers indécis à venir au prochain colloque de la section ACII à Pau, voici ci-après le programme complet de ces 3 jours :

Programme A4 HD

Nous vous attendons nombreux du 26 au 28 septembre prochain !!

Nous vous rappelons que les TGV Paris-Pau bénéficieront de la Ligne à Grande Vitesse Paris-Bordeaux à partir de cet été, ce qui met Pau à 4h30 de Paris (au lieu de 5h30 actuellement). L’ouverture prochaine (26 juin) des billets Prem’s devraient finir de vous convaincre !!

Par ailleurs, nous vous rappelons que Pau est desservie en avion depuis Paris (CDG et Orly), Lyon, Marseille, Nantes, Nice. Il est aussi possible d’atterrir à Toulouse et d’y louer une voiture ou de faire le trajet Toulouse Pau en train (Easyjet propose des tarifs combinés intéressants).

Table ronde 7 du 4 juin 14h15 : Contribution de Sabine Coudret (Syndicat d’agglomération nouvelle de Sénart), Jean-Pierre Deltour ( Centre de gestion du Var), adrien Fernique (Ville et communauté urbaine de Strasbourg) et Coline Vialle (Brest métropole Océane)

Regards croisés sur l’archiviste numérique : entre rupture et continuité 

S.Coudret

S.Coudret

Adrien Fernique

Adrien Fernique

Coline Vialle

C.Vialle

 

Le groupe Am@e

(Archives municipales, archivage électronique) propose un dialogue à plusieurs voix autour des missions et du positionnement dans la collectivité de l’archiviste numérique.

Sans bouleverser les fondements théoriques du métier, les caractéristiques techniques de l’information numérique imposent des pratiques nouvelles : agir dès l’élaboration du processus de création de l’information (élaboration de procédures, choix et paramétrage des outils), s’impliquer dans la gestion de projets, la gestion des risques.

Pour exercer ces nouvelles prérogatives, il est indispensable de mettre en place des actions de communication en direction des dirigeants mais également de l’ensemble des autres agents de la collectivité.

Nous nous intéresserons à la manière dont ces activités s’intègrent dans l’exercice du métier d’archiviste communal et intercommunal à travers plusieurs retours d’expériences. »